Un blog Travellerspoint

La vallée sacrée des Incas

Magnifiques paysages

sunny 25 °C

Jeudi, 25 juin

Nous partons dès 8h15 pour une excursion vers Moray et Salinas. Il fait toujours aussi beau. Il y a beaucoup de monde, des touristes et des locaux, plusieurs bus se croisent, c'est un peu désorganisé, mais on réussi à partir qu'avec quelques minutes de retard.

Premier arrêt: Moray, où des terrasses de l'ère Inca nous démontrent le degré d'avancement de cette civilisation.

En effet, on y retrouve des terrasses qui sont finalement un très vaste laboratoire agricole. Les Incas y testaient les diverses cultures en fonction de différents terreaux mais aussi en fonction de l'altitude. Ils pouvaient ainsi mesurer la résistance de certains produits. Ces sites ont été retrouvés il y a plusieurs années. Une seule zone est toujours en restauration. Ce site, comme ceux que nous visiterons demain, sont désormais sous la protection du Ministère péruvien de la Culture.

Nous sommes impressionnés par l'ampleur du site. Nous avons un peu de temps pour nous promener et apprécier les paysages qui s'offrent à nous.

large_2A037F88C925F9EBD3A84FE356053747.jpglarge_2A07BDCEFA66967CAB6DB21934126716.jpglarge_2A107C4305C9A0C9B923EF9BB46DEDEC.jpg
large_2A156621D0AE611C95A7329B3537F366.jpglarge_2A1DE6439B8B38611B5CF99904D5CCCA.jpg

Deuxième arrêt: un petit commerce où on nous explique certaines techniques textiles de nettoyage et coloration de la laine d'alpaga. Très intéressant, mais ça l'aurait été encore plus si nous ne l'avions pas déjà eu. Après la traditionnelle pause pour le magasinage, pour lequel le guide a certainement une commission, nous remontons à bord du bus.

Troisième arrêt: Salinas

Très vaste ensemble de petites cuves qui permet l'extraction du sel. Il y a plus de  3 000 bassins qui reçoivent tous la même eau très salée d'une petite source venant directement des montagnes. Les Incas les utilisaient  pour récupérer le sel pour le bétail, après un long processus d'évaporation. Le guide nous mentionne que pour eux, le sel brun est le meilleur car il vient directement de la montagne, sans transformation, et que sa couleur est en raison du sol duquel il provient. Plus il y a d'évaporation, plus il devient blanc. Mais, toujours selon le guide, plus il est pâle, plus il a perdu de ses propriétés divines dans la mesure où les montagnes sont effectivement sacrées.

large_2A257FCCB9894F1B5D457468A209C8F4.jpglarge_2A2BA525E5B5B050EDA36E40AF2F43D9.jpglarge_2A2F634503FDBAB433DFEF45A4A756A6.jpg

On nous laisse seulement quelques minutes pour nous y promener avant de reprendre le bus pour rentrer à Cusco. C'est le côté moins agréable des excursions en groupe mais que voulez-vous, on ne peut pas tout avoir. Et c’était très beau.

P. S. Bruno va mieux et commence à manger

Vendredi, 26 juin

Nous revoilà partis pour une journée complète d'excursion. Nous avons un nouveau guide et un nouveau groupe pour la visite de trois sites archéologiques d'importance pour les Incas: la Vallée Sacrée.

Premier arrêt: un mini centre d'achats d'artisanat. Ça commence bien pour deux acheteurs compulsifs comme nous....Certains flânent et nous repartons avec une quinzaine de minutes de retard. Mais il fait encore très beau.

Nous allons ensuite vers Pisac, petit village de style colonial au pied des ruines d'une citadelle nichée sur un rocher. Nous pouvons monter les marches pour nous rendre au sommet d'où la vue sur les paysages environnants est tout simplement magnifique.

large_30B09704AA8DB7E91CF41FF4966B0CCF.jpglarge_30B990E6FE7D543076B75DAAEBF47308.jpglarge_30C0ABB2F3E0D878FD5D8F80ACCF82F8.jpglarge_30CE3404F0DAE0BDF1D3FB5080596434.jpglarge_30DFBE53CCE13B0507780C755CA4CA97.jpglarge_30F4D1370EEC7D627FFC0090410B5902.jpg

Le temps file, mais nous remarquons que plusieurs autres personnes du groupe ne sont pas plus pressées que nous. Plusieurs vont d'ailleurs s'arrêter à nouveau dans les diverses boutiques qui offrent toutes les mêmes objets artisanaux. Nous repartons encore avec du retard.

En route, nous arrêtons dans un atelier de bijoux en argent fabriqués par des artistes locaux. La guide de l'atelier nous explique le processus à la vitesse de l'éclair, ce qui nous fait réaliser qu'elle souhaite que nous passions rapidement aux achats. Nous décidons de nous promener dans le village adjacent, jonché lui aussi de boutiques artisanales.

Nous repartons à nouveau avec du retard. Nous nous dirigeons vers le village d'Urubamba pour le lunch. Ça sera un buffet correct, mais il est encore plus agréable puisque nous pouvons manger sur la terrasse.

Nous remarquons des statues de 2 boeufs et d’une croix sur le toit des maisons. Selon le guide, c’est un mélange de croyance inca et de religion pour protéger la maison.

large_3105B7AE9C80368C49E3E86669FF0BE5.jpglarge_311CD716DA397CDA0AC3CFCC6A9CFDDE.jpg

Nous nous dirigeons ensuite vers Ollantaytambo, autre petit village grouillant d'activités pour deux raisons: c'est de sa gare que partent les trains vers le Machu Picchu et il est situé à la base de ruines du Temple du Soleil, temple Inca à flanc de montagne.

large_16a.jpglarge_16b.jpg

Nous montons les multiples marches et rendus au sommet, nous pouvons constater l'organisation urbaine de la civilisation Inca et de son caractère communal. La vallée est divisée en diverses sections: une pour les résidences, une pour le bétail et l'autre pour l'agriculture. Tout est mis en commun. Les denrées étaient entreposées en montagne, pour les protéger des ennemis mais aussi pour tirer profit des conditions climatiques qui en augmentaient leur conservation.

large_31718C94EE3C8147C02E1AA49E194047.jpglarge_3191E9BACA6E348B87A25D657872BAE0.jpg

De l'autre côté de la ville, sur un autre flanc de montagne, on creusait des trous pour y déposer les morts.

large_31A0BFBAA7145516F0A8DFF5AE303406.jpg

Le soleil se couche, le froid revient, des membres du groupe s'arrêtent à nouveau pour des achats. Nous prenons encore du retard.

Nous allons ensuite à Chinchero, village Inca à côté d'autres ruines. Mais avant, à travers les boutiques, nous avons droit à une autre démonstration de coloration et nettoyage textile. Devant notre mécontentement, le guide nous propose de monter tout de suite à la place centrale du village, de nous promener sur les pâturages et que le groupe nous retrouverait dans l'église dans 20 minutes.

Plusieurs dames étalent leur récolte de pomme de terre et de yuca pour les faire sécher et les récupèrent à la tombée du jour.

large_31A6E8C005F35EC1CAF91D9DE179B086.jpglarge_31ACBF21C665DF138495B07B3596DF61.jpg

L'église est très bien préservée, elle a été construite dans les années 1600 sur les ruines d'un temple Inca. Malheureusement, nous ne pouvons prendre de photos.

large_31B222E9EC09FEDE2374F5F30EFEA76A.jpg

Nous reprenons le bus, en attendant toujours pour les gens qui font encore des achats, et revenons à Cusco avec une heure de retard.

C’était une très belle journée malgré les acheteurs.

Nous allons à l'agence pour récupérer nos documents pour notre forfait dans la jungle et allons à la pharmacie pour des médicaments contre la malaria que nous obtenons sans voir un médecin. Efficace tout de même.

Demain, nous nous levons encore tôt (4h45) car nous prenons le train pour Aguas Calientes d'où partent les bus pour le Machu Picchu.

Posté par voyageur61 20:19 Archivé dans Pérou Commentaires (0)

Cusco

La capitale de l'empire inca

sunny 25 °C

Lundi 22 juin

Finalement, Peru Hop nous confirme que nous pouvons prendre le bus de nuit qui part à 22h00. Nous gardons la chambre pour la journée. Bruno dort encore et encore. Michel en profite pour monter plus de 600 marches pour se rendre au condor d’acier qui domine cette « belle » ville.

large_26B5DB7DB1D657F309DAEC5930365A52.jpg
large_26C94E2EBCD1B6F85D1EF04221E9728B.jpg

La ligue du vieux poêle :

large_26D08E94B5CBC05DCBFCBD65118F3656.jpg

On prend le bus à 22h tel que prévu. À minuit, quelques personnes descendent alors on a chacun 2 sièges. On dort jusqu’à l’arrivée à 5h15. Encore une fois, la chambre est disponible et nous dormons jusqu’à 8h30.

Mardi 23 juin

On part en ville vers la place d’armes. Il y a du monde et du bruit. C’est la journée des parades de la fête inca du soleil (Inti Raymi). Ça dure plusieurs jours et ça culmine le 24 juin, jour du solstice d’hiver en Amérique du sud. C’est la plus grande fête de Cusco et les gens viennent de partout du Pérou pour voir ça. Donc, aujourd’hui, il y a plus de 300 organismes, municipalités, entreprises, écoles…qui paradent. Ils sont habillés avec beaucoup de couleurs et ont toujours une fanfare qui est surtout composée de trompettes…Ayoye les oreilles ! Ça commence vers 10h00 et se termine aux petites heures du matin.

large_26E3EC8CB251E543284CB0AF87AE5CC5.jpglarge_26E6AFFBB6F6E03384EE058074F318A2.jpglarge_26E810DAC1FAB1C43F1D891CBDE22E25.jpglarge_26EA55F99FB56402514416A01C870337.jpglarge_26EC280CE0BE63283C2EDCE3D0458F68.jpglarge_26EE7B82DE12F3ECF6D25CDBBC3C1755.jpglarge_26F0923702B5A1F20044BF4FBB7F736B.jpg

Calmez-vous, ce n’est pas le drapeau gai mais celui du peuple inca. Il y a une ligne bleue pâle de plus. En passant, comment un établissement gai peut-il s’identifier dans cette ville ?

large_26F27884B40378903499489DEE43F560.jpg

Nous allons à l’agence où nous avions réservé le trek du Salkantay qui se transforme en forfait Machu Picchu en train et bus. La porte est grande ouverte et la parade passe dans la rue. Avec les trompettes, on veut tuer…on repassera un autre jour. On est allé du côté de la rue commerciale (avenida El Sol) et nous avons visité la Coriancha. Sur les fondations du temple le plus riche du monde inca, la superbe église et le couvent Santo Domingo ont été construits. Il est à noter que les murs incas étaient fait sans maçonnerie…que des blocs déposés l’un sur l’autre.

large_26F41D88CABAE869B801E180FBDC6D68.jpglarge_26FB9D68C8AB590DDC43F7DB4D365E1D.jpglarge_27038EA6A8147062287A8B0510FBBA36.jpg

Ça parait que Cusco est LA ville touristique du Machu Picchu car les prix sont beaucoup plus élevés qu’ailleurs. Mais c’est une belle ville.

Bruno va mieux mais ne mange presque rien.

Mercredi 24 juin

Aujourd’hui, c’est la procession de la fête du soleil. Il y a une cérémonie au lever du soleil mais on préfère attendre vers 10h00 celle à la place d’armes. Il y a encore plus de monde mais heureusement les péruviens sont petits alors on réussi à voir par dessus la foule. Plusieurs personnes ont des tabourets en plastique pour monter dessus. Nous sommes chanceux car un monsieur nous offre à l’occasion son tabouret. C’est une belle cérémonie. Avec encore une fois, beaucoup de couleurs, de la danse et de la musique.

large_271707BFC5C292DEB90D335247255A4A.jpglarge_271A5717B2B07314BEFD8DE6E38F7583.jpglarge_271DA979BAB805CA8051A2F16DE9B3B8.jpglarge_2720DBCA0A9EAB40C8979D818AC6C6E6.jpglarge_27231D4EE3E5B8F49150026A8A8513F5.jpglarge_272A9AE89073C0EB00EA78CC2872EF7E.jpglarge_272D7F1E0E23F73C819CD42937E08219.jpg

On assiste à presque toute la cérémonie et puisque tout est bloqué, nous montons visiter le mignon quartier de San Blas à côté.

large_272F5E0B9CE48FCFF3C9BA8EF5CA9949.jpglarge_2730A41AEDD38EC18E96DEF54185BD2B.jpglarge_273555ECF6AF477B23B8E914FA822C07.jpg

Comme la finale de la cérémonie se passe sur le site sacré de Sacsayhuamán à 2 km de là, la place d’armes devient tranquille. Nous en profitons pour visiter la magnifique cathédrale avec un audio-guide fort intéressant. Les églises sont vraiment riches et belles au Pérou.

Bruno ne mange toujours pas beaucoup. Nous achetons des excursions pour le lendemain et le surlendemain. Et le Machu Picchu est réservé pour les deux jours suivants. Puisque nous ne faisons plus le trek de 5 jours du Salkantay, nous avons du temps de trop. Et puisque nous sommes tannés de déjeuner avec notre tuque et nos gants, et que nous voulons de la chaleur, nous appelons American Airlines pour changer le billet d’avion. Option 1 : Scinder le billet Cusco - Lima - Miami - Montréal pour passer quelques jours à Miami. C’est possible pour la modique somme de 870 US $ par personne !!! Option 2 : Revenir par nos propres moyens à Lima pour faire autre chose (aller vers le nord) et ensuite attraper notre vol Lima - Miami - Montréal. Ne faites pas ça. Si vous n’embarquez pas à votre premier vol, votre billet est annulé !!! Bref, on va trouver autre chose. Et nous avons trouvé. De Cusco, il y a des vols directs pour Puerto Maldonado, en Amazonie à la frontière de la Bolivie. Nous avons donc acheté un forfait de 5 jours/4 nuits dans un lodge pour aller voir les animaux dans leur jungle.

Posté par voyageur61 15:35 Archivé dans Pérou Commentaires (0)

Puno et le lac Titicaca

Le lac navigable le plus élevé au monde et très beau en plus

sunny 23 °C

Jeudi 18 juin

Nous arrivons à Puno en après-midi. Nous sommes à 3 830 m d'altitude et nous en ressentons les effets. Nous avons le souffle court et nous avons parfois des étourdissements. Au dîner on prend un pichet de limonade qui goûte le Pisco sour. On en a presque les effets ! Dès que le soleil se couche, il fait un froid de canard.

La ville de Puno est assez quelconque, voire assez laide. Son seul avantage est d'être aux abords du lac Titicaca, lac le plus haut au monde et qui est partagé avec la Bolivie. On ne sait pas si les immeubles sont en construction ou s'ils sont à l'abandon. Nous avons vite fait de visiter les endroits qui le méritent et entrons à l'hôtel nous réchauffer avec notre chaufferette portative.

Vendredi 19 juin

Le petit-déjeuner de l'hôtel est correct, sans plus. Nous avons toutefois une grande chambre et une grande douche avec de l'eau chaude, le grand luxe quoi! Nous décidons de réserver une excursion pour samedi et dimanche sur le lac afin de visiter plusieurs îles. Nous avons droit à une grande parade anti-drogue avec tambour et clairons. Il ne manquait que les majorettes. Nous marchons un peu dans la ville, tout en nous dirigeant vers la promenade qui longe le lac. Le soleil est bon mais il y a tout de même un vent frais.

Nous rentrons nous reposer à l'hôtel car nous avons encore besoin de nous acclimater à l'altitude.

large_F26D3D93BBDF3F3AC0A997651CDED20C.jpglarge_F27000EFD5BFC9868ACBFE019943913A.jpglarge_F27257A7927623D7DE7C7CC4558A6BD1.jpg

Samedi 20 juin

Nous partons dès 8:00. On nous amène au port d'où nous partirons pour les îles. Après une heure, nous voici sur une des îles Uros, des îles artificielles créées à l'aide de roseaux. Les gens ancrent des racines qui flottent et y ajoutent des épaisseurs de roseaux. Des habitations rudimentaires sont construites et des familles y habitent. Toutefois, Bruno doute que des gens y habitent véritablement.

Au lieu d'acheter des babioles, nous faisons une courte randonnée en canot tissé également de roseaux.

large_F27B8E800126297BEFA2229C38CD1FD7.jpglarge_F27EF6D7C01304F7E53181B6406BD886.jpglarge_F28129D4D767E57159389CE985E0188B.jpglarge_F286D8D3A4397B8EB4699097E4AEDA0C.jpglarge_F2896335E3791DC5A24EC2DCCE00C160.jpglarge_F28B4B28B0370283276B3B14A1881768.jpg

Après une heure, nous partons pour l'île Amantani. Chemin faisant, nous retrouvons la famille de Français demeurant aux Etats-Unis qui avait fait le canyon avec nous.

large_F299BBA7F9BBE95680EDA4EA4297DCE0.jpglarge_F29B7C5305971DFD2CFACB28D79BBEF4.jpg

A l'arrivée sur l'île, nous sommes accueillis pas des femmes portant des vêtements traditionnels.

large_F297D92BEB6691C5A6CCC430CFED42FB.jpg

Le guide nous divise par petits groupes puisque nous séjournons chez l'habitant. Nous partagerons le gîte avec une jeune Argentine. La femme de notre maison va se changer immédiatement.

Les chambres sont ok, les conditions sanitaires assez rudimentaires, y compris dans la cuisine. On nous sert le lunch, de la soupe au quinoa et comme plat principal, une mini omelette avec trois sortes de patates accompagnée d’une tisane des herbes du jardin. La jeune Argentine nous demande comment se fait-il que nous n'attrapons pas le choléra dans ces conditions...

En après-midi, une randonnée optionnelle est proposée. Bruno n'est pas assez en forme pour la faire, il se couche. Michel y va. Il monte jusqu'à plus de 4 000 m vers un lieu de rituels pour la population locale.

large_F29CCE36D6CEBD7D944C2A49FCFEAB0E.jpglarge_F29DDC07F9444E83DAE0D65F8E66A93E.jpglarge_F29EFEA1B5A479EA2BBCE9E47B693CC8.jpglarge_F2A039CBC457D11F49A6CCF1DD440BA7.jpg

Il revient en fin d'après-midi, il fait déjà très froid. On nous sert le souper, de la soupe avec des pommes de terres et des légumes suivi d’un plat de riz avec une sauce aux légumes (très semblable à la soupe) et toujours le thé aux herbes.

Le soir, c’est la fête des touristes. Les femmes se rhabillent en vêtement traditionnel et nous habille aussi. Pour les hommes, c’est assez simple, un poncho et une tuque. Les hôtesses nous invite à la danse qui consiste à se tenir les mains et tourner en rond sur une musique de flute de pan. Après 3 danses, on en avait assez et nous sommes rentrés nous coucher. Puisqu’il n’y a pas de chauffage, ils mettent 5 kg de couvertures. On a de la difficulté à bouger dans le lit.

large_F2A133B4CD37F8F62F5A442160EB9FB6.jpg

Dimanche 21 juin

On a pas très bien dormi. Pour le déjeuner, nous avons des crêpes avec de la confiture et toujours le même thé. Elle réussi à trouver un sachet de café instantané qu’on partage. Nous reprenons le bateau pour l’île de Taquile. Elle fait un peu penser à la Grèce. Il y a plusieurs arches décoratives.

large_F2AF8753C0309F1F883FD31CB32D318C.jpglarge_F2B5DED4BB6E0EE4D900A471CD86E99E.jpglarge_F2BD01B6E5F1914E079389144513417A.jpglarge_F2C2BA75FC1F23B7A11EE3535FA70D15.jpglarge_F2C83C61E2DE05AC3086CA3C15D37D81.jpg

Nous mangeons sur une « terrasse » une soupe au quinoa et une truite. Les truites du lac Titicaca ont été introduites par l’homme à partir de truites canadiennes. Curieusement, elle ne goûtait pas la truite ! Bruno n’a pas d’appétit et il s’endors et dors continuellement. Il semble souffrir du mal de l’altitude. On reprend le bateau pour environ 3 heures pour revenir à Puno en après-midi. Nous avons bien aimé cette excursion.

Nous sommes content car pour une fois, nous allons pouvoir dormir un peu car le bus pour Cusco part à 10h00. Fausse joie, la fille de Peru Hop nous appelle pour nous annoncer qu’il y a une grève dans un village et que la route sera fermée. Ils doivent donc prendre une autre route qui rallonge le trajet de 3 heures au 7h30 prévu. Résultat, ils vont venir nous chercher à 5h45 !

On va souper de bonne heure dans un restaurant de pizza et pâtes bien coté selon Trip Advisor. Michel prend une lasagne. Elle est bonne mais il n’y a pas de sauce tomate. Bruno se force à manger quelques pointes d’une pizza margharita. Ça semble vouloir passer. Estimant que nos problèmes d’altitudes perdurent, nous prenons un premier comprimé de Diamox. On verra bien si ça aide.

Nous nous couchons à 21h00 car nous sommes fatigués. Au milieu de la nuit, Bruno commence une gastro-entérite. On se lève pour prendre le bus mais il n’est pas en état de faire un si long trajet dans des routes sinueuses. Michel attend le bus et explique la situation au guide qui vient nous chercher. On va essayer de prendre le bus de nuit de ce soir. On attends des nouvelles de Peru Hop…à suivre

Posté par voyageur61 06:21 Archivé dans Pérou Commentaires (0)

Canyon de Colca

De toute beauté

sunny 22 °C

Lundi, 15 juin 2015

Lever à 2h45 car le bus passe nous prendre dès 3h00 mais il arrive à 3h45 car d’autres clients dormaient et n’étaient pas prêts. Nous avons suggéré à la guide de passer prendre les vieux en premier car ils sont généralement plus à l’heure. C’est un mini bus touristique de 19 places et nous prenons les dernières. Après 2h de route, nous faisons un arrêt à Chivay pour déjeuner. Nous ne sommes pas seuls car plusieurs bus arrivent à leur tour. Il fait froid dans le restaurant et ce n’est pas très copieux.

On reprend la route et on s’arrête à la Cruz del Condor, un observatoire pour regarder les condors. Nous sommes chanceux, il y en a quelques uns. Ils se laissent planer et tournoient dans les airs. C’est beau à voir de loin car de près, ils ne sont pas très beaux ces charognards.

large_86CDB23209288ACC9FFD9C689AC723FA.jpglarge_86CF657F97467EE75A8E4A41082613B6.jpglarge_86D0E370D5A8798C8C358F4B7E8B688A.jpg

En chemin, nous passons un col de 4 910 m. Je (Michel) sent les effets sur la respiration.

On arrive vers 10h00 à Cabanaconde d’où part le trek dans le Canyon de Colca. Tous les bus du restaurant nous y rejoignent. C’est le 2ième canyon le plus profond au monde dépassé de 135 m par son voisin. Son point culminant est à 4 350 m.

Le trek se fait en 2 ou 3 jours. La dernière journée est la remontée et elle est identique pour les 2 circuits. C’est la descente qui est coupée en deux dans le cas du 3 jours. C’est ce que nous avons choisi car ça laisse plus de temps pour admirer les paysages et prendre des photos.

Nous sommes un groupe de 9 personnes, 2 informaticiens français en congé prolongé (ben coudonc), un couple de Barcelone ainsi qu’un père et ses 2 ados de San Francisco mais d’origine française. Il y a plusieurs autres groupes.

Nous amorçons la descente de 3 300 m à 2 100 m. Ça se passe plutôt bien malgré que je (Michel) sois le dernier car je suis lent en descente. Mais la guide me dit de prendre mon temps, qu’il n’y a pas de presse. Effectivement, nous arrivons vers 13h30 au village de San Juan de Chuccho où nous logeons dans des cabanes tenues par une famille. Le diner et le souper sont simples, bons mais frugaux. Il fait frais et nous dormons habillés sous les épaisses couvertures.

Mardi, 16 juin 2015

Pour le déjeuner, nous avons droit à une crêpe aux bananes couvertes de Dulce de Leche. C’était bien bon. Nous partons à 8h30. Nous devons descendre à 1 900 m mais il y a quelques montées. Encore là, je (Michel) traine derrière. Les montées plutôt faciles sont difficiles pour moi. Je n’ai pas de souffle et encore moins d’énergie. Je me fixe un objectif de 100 pas à faire avant une pause et je me rends difficilement à 40 pas. Heureusement la guide ne me met pas de pression. Nous arrivons à 13h00 au Lodge de l’oasis (Sangalle) et nous sautons dans la piscine d’eau de source à 22 C. Ça fait du bien. En fin d’après-midi, la guide vient m’expliquer que le programme du lendemain est chargé et que nous n’avons pas de marge de manoeuvre au niveau du temps. Elle me suggère fortement de remonter avec une mule. Je suis très déçu de ne pouvoir le faire à pied mais elle a raison. Ce sera une expérience.

large_86D2F53AA1407EE31F3DE79F07A5C4B0.jpglarge_86D4AB5B0EB68EE2AFF3535ECE5C4ABF.jpglarge_86D6F860DCBFA8573EDC74752547B6EA.jpglarge_86D9516CD050C9BE59A0E42FB27EA686.jpglarge_86DC6B1EF2A5DC589FEC8C7C3C2A91AD.jpglarge_86DF84BCCE30FAEAB438FF38B76E9E85.jpglarge_86E33A82C0BE736D2F929CB0FB176757.jpglarge_86E58ACBE4DDABFD677AC444F1611DE3.jpg
large_11b.jpg

Mercredi, 17 juin 2015

Les marcheurs partent à 4h45 avec leur lampe frontale pour la remontée. Le départ avec les mules est à 6h00. Le muletier met les bagages de la famille sur une mule et lui donne l’ordre de partir. Elle connait sont chemin et commence à monter. J’embarque sur une mule et je pars à mon tour. Les premiers virages sont apeurants car la tête de la mule dépasse de beaucoup ses pattes avant, alors la tête continue tout droit dans le vide donnant l’impression qu’elle ne tournera pas.…mais au dernier instant, les pattes changent de direction. Ouf !!! Et elles ont tendances à passer sur le bord de la falaise. Les 2 mules faisaient souvent de courtes pauses devant les obstacles jusqu’à ce que le muletier arrive avec un autre client. Le rythme a changé radicalement. Fini les pauses ! Il fouettait la dernière mule qui essayait alors de dépasser les autres dans ce sentier escarpé. Je n’aimais pas tellement ça. Nous sommes arrivés au sommet après les marcheurs. Bruno a fait la remontée en 2h30. Bravo mon homme !

Nous avons déjeuné et repris la route pour revenir à Arequipa. Nous nous sommes arrêtés aux bains thermaux. L’eau n’était pas très propre mais elle était chaude.

Nous avons fait une pause photo pour voir les cultures en terrasse.

large_86EB5090AC0D33B1AD471FF6AF8CD71B.jpglarge_86EE5F5DC6E5DECC397CE083A8062F21.jpglarge_86F3C2A8DFC3A8E5BCCA38B172D9227D.jpg

Nous avons fait une pause photo au point de vue du col 4 910 m. C'est le volcan Sabancaya (5 967m) qui fume. C'est le 7ième plus haut volcan actif au monde.

large_P1040103.jpg
large_86FDF36B97E99735B9B022552A4094A2.jpg

Nous avons vus des vigognes sauvages…

large_8701AB26F644630C573EB00D8302E2E5.jpg

…et des troupeaux de moutons et d’alpagas. Ils sont tous domestiqués au Pérou.

large_87B85533AC613602B3F057FFDE0C7A6E.jpglarge_87AAE023C2F0B5DEAC6A817F68546CFB.jpglarge_87AE5BE79B5BCC75CF425F296ECB7074.jpg

Nous sommes arrivés à Arequipa à 16h30. Nous avons adoré cette excursion. Les paysages étaient magnifiques et le groupe bien sympathique.

Ce fut une soirée tranquille car le lendemain, nous prenons le bus à 5h15 pour Puno.

Posté par voyageur61 14:01 Archivé dans Pérou Commentaires (0)

Arequipa

Quelques jours pour commencer à s'acclimater à l'altitude.

sunny 28 °C

Samedi, 13 juin 2015

Le bus n’étant pas plein, nous avons pu avoir 2 sièges chacun et nous avons relativement bien dormi. Nous arrivons à 5h10 à Arequipa. Nous sommes les premiers à descendre à notre hôtel. Nous sommes chanceux, la chambre est libre mais moins chanceux car elle au dessus d’une discothèque et on sent les vibrations ! Nous demandons une autre chambre plus loin, on entend encore le boum boum mais au moins on le sent pas. On met les bouchons dans les oreilles, le réveil pour 8 h et on se couche tout habillé sous les épaisses couvertures. Ça parait que nous avons monté en altitude (2335 m) car les nuits sont fraiches (9C).

Après une bonne douche et un déjeuner correct, nous partons à la découverte de la ville. Nous sommes en plein centre à 2 coins de rue de la belle Place d’armes. De notre chambre, nous voyons le volcan El Misti (5825 m) enneigé. C’est une belle ville appelée la cité blanche car elle est construite avec la pierre de la région.

large_86DD4C91FE2B34A06746919C1130411E.jpglarge_86DEC7BF0C0CBF99E316146752EDF643.jpglarge_86DFEEE6C68F2426AFC1D762889DF365.jpglarge_86E10A05DDAEAD6D975DFBB66899E6BE.jpg

Il y a beaucoup d’églises à visiter, toutes aussi belles et différentes les unes des autres. Et les églises du Pérou sont très bien entretenues. Dans les nombreuses vitrines où il a des vierges et saints parés de magnifiques habits, c’est toujours propre et fleuri contrairement à d’autres pays où c’est poussiéreux.

large_86E29102B5405478108DA6AFA41FA800.jpglarge_86E39E5BF5EFD14FFED57573B461C8E9.jpglarge_86E4CD88DA4B5060B55F75EAA3E37A27.jpg

Nous avons donc visité la cathédrale ainsi que les églises San Francisco, San Agustin, Santo Domingo et De la compania. D’ailleurs, nous croyons avoir assisté à une séance d’exorcisme dans cette dernière. Devant un des nombreux autels, il y avait un homme et une femme agenouillés devant le Sacré-Coeur. La femme se cachait le visage avec les mains pour pleurer tandis que l’homme parlait à la statue en levant les bras et ensuite il parlait à la femme en gesticulant et la touchant comme pour lui enlever le démon. C’était spécial…

Bien sûr, nous avons visité le beau monastère de Santa Catalina qui est une ville dans la ville. La guide nous explique les règles d'entrée au couvent. Les parents payaient une dote, plus tu étais fortunée, plus tu arrivais haute dans la hiérarchie. Moins tu l’étais, moins tu avais de droit. Tu devenais servante des autres religieuses, plus riches, qui étaient là pour penser, prier, méditer. Les riches portaient un voile noir et pouvaient voter pour les grandes décisions qui touchaient la communauté. Les pauvres portaient un voile blanc et n'avaient pas de droit de vote. Elles n'avaient pas de droit. Quand les parents ne pouvaient pas tout payer, ils pouvaient céder une terre, un troupeau, etc.. Ce qui a fait en sorte que la communauté est devenue très très riche.

Éditorial de Bruno :
C'était en vigueur il y a 500 ans. Dans une communauté de femmes qui dirigeaient d'autres femmes. Quand j'y pense, je ne peux m'empêcher de penser à ces personnes qui prétendent que les femmes sont plus humaines dans leur mode de gestion, qu'elles vont prendre le pouvoir pour le changer, le rendre plus juste et équitable. Je crois plutôt que c'est plus une question d'individu que de genre. 

large_86E61960FBBDA157CDBB99B656A20E9B.jpglarge_86E71EF4A97EDF306AACEA7A338F9665.jpglarge_86E83DA8ED81B096FBE686A20ECF9261.jpglarge_86E96C63F23AD0179D03B83B0C09BE28.jpglarge_86EAEFA2959EC9AF32F8692094561C1E.jpglarge_86EBC7D90962BC406025AB3EFB561C7D.jpg

Pour souper, nous sommes allés au restaurant Zingaro, très recommandé par le Lonely Planet. C’est un beau restaurant Michel en a profité pour manger des côtelettes d’alpaga avec une sauce au vin rouge. La viande était tendre, bonne mais sans goût particulier. Trois français qui ont essayé des plats différents d’alpaga étaient d’accord avec lui. Bruno a mangé un bon filet mignon.

Dimanche, 14 juin 2015

Nous avons bien dormi malgré la discothèque grâce à nos bouchons. Ce matin, nous sommes allés voir la fameuse momie Juanita, une jeune fille de 12 ans qui a été sacrifiée au sommet d’un volcan par les Incas il y a plus de 500 ans. Grâce aux températures glaciales en haut du volcan (6 310 m) son corps s’est conservé. Avec les éruptions du volcan, son corps a dévalé la pente et il est devenu plus facile à voir. On ne peut prendre de photo. On va faire des cauchemars comme dans « Les 7 boules de cristal » de Tintin.

Ensuite nous avons marché le Mirador du quartier Yanahuara de l’autre côté de la rivière. On en a profité pour visiter la belle église St-Jean-Baptiste.

large_86EC9058D21C187354E2500B8840C75E.jpglarge_86ED75F8C0F7C3C52B558CFD63D1AD73.jpg

Nous avons mangé dans une picanteria des spécialités locales : Soupe aux écrevisses, salade d’haricots au fromage. Les portions sont énormes et nous sommes incapables de finir les plats. Pour 13 soles (5,25 $), nous avons une grosse soupe, le plat et un jus de maïs (pas très bon).

large_86EF1BA5B4E9116870F8A16C6215A320.jpg

Nous sommes rentrés nous reposer dans la cour de l’hôtel car nous partons demain matin à 3h00 faire un trek de 3 jours dans le Canyon de Colca, un des plus grands au monde.

Posté par voyageur61 14:28 Archivé dans Pérou Commentaires (0)

(Articles 1 - 5 sur 134) Page [1] 2 3 4 5 6 7 8 9 10 .. »