Un blog Travellerspoint

La région du Rif

Chefchaouen et le trek des montagnes du Rif à la méditerranée

all seasons in one day 25 °C

Mardi, 21 avril

Aujourd’hui, c’est le retour à Fès pour remettre la voiture et demain nous quittons pour Chefchaouen. On revient sur nos pas mais nous n’avions pas le choix. Il était impossible de prendre la voiture à Fès et de la laisser à Chefchaouen.

C’est encore une autre longue journée de route (250 km) avec comme toile de fond encore de beaux paysages.

large_P1030276.jpg

Tout s’est bien passé sauf que je me suis fait prendre par un contrôle radar à une trentaine de km avant l’arrivée. Je roulais 69 km dans une zone de 60 km. J’ai été chanceux car nous en avons croisé beaucoup. Les policiers étaient très gentils et m’ont souhaité la bienvenue au Maroc en demandant le 300 Dirhams (40 CAD) ! Ils se sont excusés mais ils ne faisaient que leur travail.

Nous sommes revenus à notre riad à Fès où l’accueil était encore très chaleureux.

Mercredi, 22 avril

Nous prenons le bus à 11h. Le propriétaire du riad vient nous reconduire au terminus. C’est un trajet de 4h30. Après notre installation à l’hôtel, nous allons manger et ensuite on va se perdre dans la médina. Nous avons repéré le seul hôtel en ville où ils servent de l’alcool et ça adonne bien, la vue de la terrasse est très belle.

Jeudi, 23 avril

C’est aujourd’hui que commence la prestation avec l’agence pour le trek. La première journée est consacrée à l’arrivée, l’installation à l’hôtel et à la visite guidée de la médina. Nous rencontrons Khadija, la responsable de l’agence pour le trek avec qui j’ai communiqué pour la réservation. C’est une femme très dynamique qui a des réponses à toutes nos questions. Nous rencontrons le guide du trek et prenons rendez-vous avec le guide pour la visite de la médina à 16h. En arrivant, devant un groupe de personnes âgées françaises (moyenne d’âge de 75 ans), il nous demande si ça nous dérange de nous joindre à ce groupe…un peu difficile de dire non. La visite a été très lente mais nous n’étions pas pressés. C’est une ville très belle située sur des collines et toujours peinte avec le même bleu.

large_P1030329.jpglarge_P1030321.jpglarge_P1030286.jpglarge_P1030287.jpglarge_P1030298.jpg

Vendredi, 24 avril

C’est le début du trek. Nous sommes seuls avec le guide. Nous partons à 8h15. Nous partons à 600 m et devons traverser le col à 1 800 m. Il fait déjà chaud. Plus nous montons et plus ça ressemble au Québec avec les conifères. Rapidement, nous croisons les premiers champs de cannabis. En fait, c’est presque la seule culture que nous allons voir dans ces terres rocailleuses, pauvres et à flan de montagne. Nous n’arrêtons pas beaucoup et mangeons peu. À un certain moment, je casse. Je n’ai plus d’énergie et je dois m’arrêter aux 200 m pour reprendre mon souffle. Trente minutes plus tard, c’est au tour de Johane, qui casse encore plus. Elle est étourdie. Le guide nous encourage à ne pas manger, ce qui est une erreur. Notre sandwich sans protéine pris à 7h00 est loin et notre collation de 10h00 aussi. On réussit à arriver au sommet pour faire la pause du midi. Il est 14h40 ! Je suis aussi étourdi. Nous n’avons pas faim mais je réussis à manger un peu et Johane presque pas. Au moins, on s’étend et fait une sieste qui nous ravigote. Il ne reste que 2h de descente. Nous arrivons vers 17h30 au gite de Afasska. Heureusement, c’est la journée la plus difficile des 5.

Il y a un autre groupe de randonneurs français et marocains avec qui nous sympathisons. Le souper est bon et agréable. Nous nous couchons tôt, surtout qu’il fait froid, il n’y a pas d’électricité et ce n’est pas chauffé. Par contre, nous avons des toilettes, des douches et des lits avec d’épaisses couvertures.

large_P1030334.jpglarge_P1030336.jpglarge_P1030348.jpg

Samedi, 25 avril

C’est une journée relativement facile. Il fait encore beau et chaud. Les paysages ressemblent encore à ceux du Québec. On marche dans les temps et la journée est plus équilibrée. Nous arrivons au gite de Taourarte. Nous sommes accueillis chaleureusement, surtout Johane, par une dame qui n’arrête pas de parler en arabe seulement. Heureusement le guide fait la traduction. C’est là où nous mangeons le meilleur tajine de notre séjour et croyez moi, on en a mangé du tajine ! Le soir, nous sommes seuls dans le gite avec le guide. Les soirées sont fraiches et il y a un foyer, il fait du feu et on réussit à se réchauffer un peu. On décide d’aller se coucher lorsqu’il dit que les attentats du 11 septembre 2001 ont été faits par des juifs !

large_P1030361.jpglarge_P1030377.jpglarge_P1030378.jpg

Dimanche, 26 avril

Aujourd’hui, on descend en altitude alors le décor change. On passe par le pont de Dieu qui est un arche naturelle entre deux montagnes et c’est accessible de la route. En ce dimanche, il y a beaucoup de monde. Il fait beau au départ mais la pluie nous rejoint vers l’heure du midi. Nous arrivons tôt en après-midi au gite de Akchour. Il y a de l’électricité et même la TV mais pas de chauffage. On écoute Jaws 2 et Tremors, un film d’horreur poche mais ça passe le temps. Un chien veut sympathiser avec nous et passe la nuit sur le perron de la maison.

large_P1030383.jpglarge_P1030390.jpglarge_P1030392.jpg
large_P1030410.jpg

Le pont de Dieu n'est pas facile à voir mais il est là !
large_P1030405.jpg

Lundi, 27 avril

Le chien est toujours là. Nous l’appelons Rantanplan. Il ne pleut plus mais le vent est assez fort et c’est frais. Ça devrait être une journée facile avec une seule véritable montée. Mais, j’en calcule pas mal plus. C’est ma deuxième journée difficile mais rien à comparer avec la première. Toute la journée, le chien nous a suivis ainsi que deux autres chiens. Nous arrivons au gite de Beni Maala d’où on peut voir la Méditerranée. Comme toujours, nous sommes bien accueillis avec du thé et des gâteaux mais cette fois-ci, c’est encore mieux. Nous avons droit à une panoplie de pâtisseries toutes excellentes. C’est la nuit la plus froide alors nous mangeons, avec notre hôte, dans la cuisine. C’est un encore un tajine mais aux petits poissons cette fois-ci. C’était bon mais il avait beaucoup d’arêtes.

large_P1030416.jpglarge_P1030418.jpglarge_P1030421.jpglarge_P1030426.jpglarge_P1030429.jpglarge_P1030432.jpg

Mardi, 28 avril

Au réveil, le chien est à la porte et saute de joie sur Johane. Il va nous suivre toute la journée. Par contre, ses deux amis ont disparu. Le guide nous dit que Rantanplan nous protège mais il nous cause plus des ennuis. Nous traversons quelques villages et les chiens sont tranquilles en nous voyant mais deviennent agressifs avec Rantanplan qui a la fâcheuse habitude de venir près de moi. À deux reprises, j’étais presque pris dans des batailles de chiens. Ce n’est pas drôle. La journée a été assez facile et courte, soit 4 h de marche. Un taxi nous attendait et nous a amenés à la mer où nous avons marché les pieds dans l’eau…quel bonheur ! Nous sommes rentrés à Chefchaouen. Au total, par la route, c’est près de 60 km alors nous en avons certainement fait plus. Les adieux avec le guide furent brefs. Nous sommes allés faire notre compte-rendu à Khadija. C’est très positif. Nous avons aimé ce trek même si ce n’était pas un wow. C’est bien à faire si vous avez du temps et que vous êtes dans le coin. Nous recommandons fortement l’agence. Nous nous couchons assez tôt car demain nous prenons le bus à 7h00 pour Rabat, dernière étape de ce voyage.

large_P1030441.jpglarge_P1030449.jpg

Youppi ! Nous sommes arrivés.
large_P1030454.jpg

Posté par voyageur61 10:49 Archivé dans Maroc Commentaires (0)

Asilah et Al Hoceima

Du repos et de beaux paysages

sunny 30 °C

Vendredi, 17 avril

Nous nous sommes levés tôt pour une autre longue journée de route (250 km). Il faut dire qu’ici, il faut compter les distances en temps et non pas en km. La limite est en générale à 80 km/h et il y a des régulièrement des radars. Par contre, ils conduisent plutôt bien. Nous empruntons toujours des routes panoramiques. Nous sommes dans la bonne saison pour visiter le Maroc, tout est vert. Nous prenons donc la route pour Moulay Bousselham, sur la côte Atlantique, en espérant pouvoir faire un tour de barque sur la lagune bleue du parc national Merja Zerga pour voir des oiseaux.

Nous arrivons au lieu et immédiatement un guide vient nous parler. Il nous montre son badge et nous donne le prix, soit 200 dirhams pour 2 h. Pour une fois, on arrive avec le Lonely Planet qui parle de 100 dirhams pour 1h. Il est prêt à partir immédiatement, nous serons seuls avec lui et il parle bien français. C’est donc marché conclu. Des pêcheurs arrivent et le guide nous offre d’acheter un crabe que le restaurant va apprêter pour nous pour 15 dirhams. Le crabe va suffire pour nous deux et c’est 50 dirhams. À 8,50 CAD tout compris, c’est une aubaine ! On embarque le crabe.

large_P1030199.jpg

On ne voit pas beaucoup d’oiseaux mais nous sommes bien heureux de ce moment calme. La promenade est sympathique. On voit des sternes.

large_P1030196.jpglarge_P1030181.jpg

La marée étant basse, l’hélice du moteur touche le fond, alors le guide descend et pousse le bateau pendant une heure pour nous approcher des quelques flamants roses.

large_P1030195.jpg

On revient tranquillement et nous sommes bien heureux de notre balade, surtout du guide qui nous réconcilie avec les marocains. Johane et moi on s’entend pour un pourboire de 50 dirhams. On arrive, apporte le crabe au restaurant et c’est le temps de régler le guide. Devinez quoi ? 200 dirhams, c’est pour le bateau seulement, il faut en ajouter 50 pour les EXPLICATIONS ! Inutile de dire que je n’ai pas donné de pourboire. Au final, ça nous a coûté le même prix, mais nous étions tellement déçus. Heureusement le crabe, la salade et les frites étaient excellents et suffisants pour nous deux. De plus, la vue de la terrasse était magnifique.

large_P1030215.jpg

Après ce copieux repas, nous prenons la direction de Asilah, toujours sur la côte, recommandé par les gens de Fès et le Lonely planet. Pour la 1ière fois, on n'a pas réservé d’hôtel. On cherche un hôtel recommandé par le guide. On tourne en rond dans cette petite ville. Je suis convaincu que l’hôtel est au début d’une place à côté mais je n’ai pas le temps de la trouver. Je m’arrête et immédiatement, un « gardien » arrive. Il nous offre son aide en embarquant avec nous. Je lui demande 10 fois « c’est combien », la réponse est : « Tu me donnes ce que tu veux ». Étant convaincu que c’est à côté, je lui dit : 2 dirhams. Il répond que c’est ok. Je sais que c’est peu mais il accepte, embarque, nous fait faire le tour du carré et on revient pratiquement au même endroit. Il s’informe à quelqu’un et nous indique c’est juste derrière où nous étions ! Il nous accompagne à l’hôtel pour avoir sa commission et là on ne parle plus de dirhams mais d’Euros ! Ça se termine qu’il me remet mes 2 dirhams et me garroche même un 10 (que je ne prends pas quand même). Le gars de l’hôtel explique la situation en disant qu’il est drogué ! Non, il est juste un autre profiteur dans ce pays ! Et nous avons payé le « gardien » de nuit 20 dirhams. En passant, l’hôtel était plutôt ordinaire. On ne se fie plus au Lonely planet. La ville était mignonne mais après Essaouira, cet arrêt n’était pas nécessaire.

large_P1030217.jpglarge_P1030219.jpglarge_P1030224.jpglarge_P1030231.jpg

Nous avons besoin de repos et nous voyons la ville de Al Hoceima, sur la cote de la Méditerranée. Je trouve un bon hôtel, pas trop cher, sur la plage au centre-ville. On réserve 3 nuits…surtout que la route pour s’y rendre est panoramique.

Samedi, 18 avril

En route pour Al Hoceima. C’est un long trajet de 330 km sur des routes sinueuses et très belles. Nous croyons que c’est une des plus belles routes côtières au monde. Le bleu de la mer et le vert des montagnes. Heureusement, il y a peu de circulation. Jugez-en par vous même.

large_P1030235.jpglarge_P1030237.jpglarge_P1030239.jpglarge_P1030240.jpglarge_P1030242.jpglarge_P1030245.jpglarge_P1030246.jpglarge_P1030249.jpg

Nous arrivons vers 17h à l’hôtel qui est très bien et surtout situé sur la plage. De notre grand balcon, nous voyons la mer et la falaise. Que demander de plus ? Un rosé ? Pas de problème, on trouve le magasin d’alcool !

large_P1030260.jpg

La grande place de la ville.

large_P1030252.jpg

Dimanche, 19 avril

Journée de repos. On ne prend pas l’auto. On va en ville à pied pour trouver une blanchisserie mais tout est fermé en ce dimanche. On se sent plus en Espagne qu’au Maroc. D'ailleurs les gens sont différents ici. Il y a peu de touristes occidentaux alors ils ne sont pas contaminés. Ils sont très gentils et parlent souvent plus espagnol que français. On va au marché local pour acheter des choses pour manger sur notre balcon. C’est vraiment pas cher ! Johane lit la section pourboire du Lonelyh planet et me rassure. Un guide non officiel pour toute une journée, c’est de 50 à 100 dirhams qui est d’ailleurs le salaire quotidien d’un ouvrier non spécialisé. Et quelque soit le montant que l’on donne, ils vont toujours en demander plus.

Lundi, 20 avril

Une autre journée relaxe avant de reprendre la route demain pour remettre la voiture à Fès. Nous roulons 15 km pour nous rendre sur une autre plage, moins belle que notre crique mais plus grande.

large_P1030268.jpg

Il y a aussi 3 petites île appartenant à l’Espagne dont une qui est habitée de 60 soldats. Tout ça à moins de 500 m de la côte !

Voici l’Espagne.

large_P1030267.jpg

Posté par voyageur61 07:52 Archivé dans Maroc Commentaires (0)

Ifrane et Moulay Idriss

Road trip au Maroc

sunny 30 °C

Mardi, 14 avril

Le propriétaire du riad vient nous reconduire à un hôtel où nous prenons possession de la Dacia Logan. On arrête faire des provisions d’urgence, bouffe, eau et vin :-) au supermarché Carrefour et on part pour Ifrane. C’est une station de ski bâtie à l’européenne, principalement pour le roi qui aime bien skier. On se croirait à Chamonix, sauf pour l’animation. C’est mort.

large_P1030066.jpglarge_P1030065.jpg

Une traduction française digne du gouvernement du Canada !

large_P1030049.jpg

Il y a beaucoup d’oiseaux comme des aigrettes.

large_P1030057.jpglarge_P1030058.jpg

On prend le thé sur la terrasse d’un magnifique hôtel.

large_P1030063.jpg

Mercredi, 15 avril

Nous allons au parc d’Ifrane dans la région d’Azrou. La route est belle et en chemin, nous avons la chance de voir des singes magots.

large_P1030077.jpglarge_P1030095.jpglarge_P1030131.jpglarge_P1030087.jpg

Nous nous rendons aux sources de l’oum-er-Rbia. Il y a une cascade et plusieurs sources se jettent dans la rivière. Malheureusement, ils ont construit des « restaurants » tout le long de celle-ci.

large_P1030100.jpglarge_P1030110.jpglarge_P1030113.jpg

C’est l’heure du dîner, alors on mange un tajine ordinaire composé principalement de patates et de tirasse d’une viande inconnue.

large_P1030118.jpg

Au retour on veut prendre une route panoramique. Au début la route est belle même si elle est en gravier mais ça se gâte et on a un doute. On croise un 4X4 et ils nous déconseillent de passer par là. On fait demi-tour et on les suit. À une intersection, celui qui nous parlait nous « demande » de le déposer dans la ville sur notre chemin. Le 4X4 va ailleurs. On se demande encore s’ils ont inventé ça pour que l’on y donne un lift. Bref, il nous fait la conversation mais ce ne sont que des questions intéressées. Est-ce qu’on a un hôtel, combien on paie, idem pour l’auto…À destination, il veut nous inviter à prendre un thé mais on refuse car il est tard et on en peut plus de la sollicitation. Heureusement que les paysages sont magnifiques.

Jeudi, 16 avril

On remonte vers le nord-ouest pour aller visiter la ville sainte de Moulay Idriss et surtout le site de ruines romaines Volubilis. La ville est perchée sur une colline et le site est magnifique. On trouve un riad pour la nuit. Le propriétaire est catastrophé par l’absence des touristes surtout français. C’est certain, il y a un avis du gouvernement de faire attention dans tous les pays musulmans. Ça explique peut-être pourquoi nous sommes continuellement sollicités.

Un pseudo-guide nous montre les 2 terrasses d’où on voit la mosquée (c’est le bâtiment au toit vert)…

large_P1030132.jpg

…et le seul minaret cylindrique du Maroc.

large_P1030134.jpg

On veut manger, il nous amène dans un restaurant et la visite est déjà finie. Il faut donc lui donner un pourboire. J’estime qu’il a travaillé très peu alors je lui donne 20 Dirhams (environ 2,50 CAD). Évidemment, ce n’est pas assez pour lui ! Il se disait étudiant mais là c’est pour les enfants ! Je refuse de donner plus et il me remet le 20 Dirhams en disant que j’en ai plus besoin que lui. Pas de problèmes mon homme, je remets l’argent dans mon portefeuille. Après le lunch dans son restaurant où Johane a mangé un sandwich à la tirasse de poulet, il vient nous voir. Il argumente de nouveau et il veut récupérer l’argent ! Il a seulement droit au proverbe : à cheval donné, tu ne regardes la bride. Ils m’énervent.

Pour aller à Volubilis, puisqu’il est relativement tôt, Michel convainc Johane d’y aller à pied à travers la montagne. C’est très beau.

large_P1030140.jpglarge_P1030143.jpglarge_P1030147.jpg

C'est un site bien conservé, incluant des mosaïques.

large_P1030156.jpglarge_P1030161.jpglarge_31DC813203691A4BA40B09BF964EB809.jpg

Au retour, on récupère la voiture pour la rapprocher du riad. Au Maroc, il n’y a pas de gestion des parkings par les villes mais par un système parallèle non officiel. Afin d’éviter que la voiture soit brisée, il faut donc payer un « gardien ». Donc, en descendant de la voiture, il y a le gardien, un homme qui veut que je lui donne de l’argent pour des médicaments, une mémé qui quête ainsi qu’un enfant ! C’est beaucoup à la fois. J’ai oublié de vous dire que dans les coins reculés, les enfants se mettent au milieu de la route pour vous forcer à ralentir afin de quêter de l’eau, de l’argent, des stylos…Je m’ennuie de l’Inde ! Pour votre information, pour la nuit, c’est 20 dirhams.

Posté par voyageur61 08:27 Archivé dans Maroc Commentaires (0)

Fès

La ville impériale

sunny 30 °C

Samedi, 11 avril

Longue journée de transport aujourd’hui pour nous rendre à Fès. C’est une ville impériale incontournable. Nous prenons le bus à 9h15 pour Marrakech. Arrivés vers 12h15, nous prenons le train à 12h45. Le bus de la compagnie Supratour et le train sont intégrés, c’est donc la même gare. On trouve difficilement deux places assises dans les compartiments. Il y a du monde en titi. On apprendra plus tard que c’est le retour des vacances de la semaine du printemps. Pis on apprend aussi que nous avons mal lu…que le trajet jusqu’à Fès n’est pas de 4 heures mais 8 heures. Heureusement, nous avons de l’eau et de quoi grignoter un peu. Le chariot de nourriture passe 30 minutes avant notre arrivée…aussi bien attendre et d’aller au restaurant. En arrivant, nous essayons de négocier le prix du taxi pour arriver au prix du Lonely Planet. Impossible ! En fait, nous n’arrivons jamais à avoir les prix de ce guide, soit nous sommes de piètres négociateurs ou soit ils sont dans le champs ! Bref, on prend un taxi et il appelle notre riad pour savoir où nous déposer dans la médina. Les propriétaires indiquent l’endroit et viennent nous chercher. Il est maintenant 21h30. Leur riad est impeccable tout comme leur accueil. C’est un couple de belge/français et leur fille. Ils s’occupent de nos bagages et viennent nous reconduire à un restaurant. Il faut dire qu’il y 9 000 ruelles dans la médina de Fès alors c’est très facile de s’y perdre. Nous mangeons très bien et retrouvons notre chemin pour le retour. Une bonne bouteille de rouge nous attend pour relaxer avant le dodo. Demain, on visite la ville. En passant, on nous confirme que nous avons payé le bon prix pour le taxi.

Dimanche, 12 avril

Le programme de la journée, c’est la visite de la médina, de ses portes et marchés.

large_P1020971.jpglarge_P1020973.jpglarge_P1020974.jpglarge_P1020977.jpglarge_P1030025.jpg

En fait, la seule chose que l’on visite officiellement est une médersa. Contrairement en Turquie où les mosquées sont ouvertes à tous, elles sont interdites aux non-musulmans au Maroc.

large_P1020985.jpglarge_P1020994.jpglarge_P1020998.jpg

Alors, on se perd dans les rues tout en évitant de se retrouver dans le coin des tanneries. Nous n’avons pas envie de sentir cette odeur nauséabonde. Il y a énormément de guides qui nous interpellent continuellement. On sort de la médina pour aller dans le quartier juif. Il n'en reste pas grand chose mais c’est intéressant. On voit un des deux palais royaux de la ville. Il y a un palais royal dans chaque ville pour accueillir le roi s’il s’y déplace. En passant, il y a des photos du roi Mohammed VI partout ici, toujours lorsqu’il était plus jeune et mince. Il est très aimé de ses sujets. On revient pour l’apéritif au riad.

Lundi, 13 avril

Aujourd’hui, nous sortons des murs de la médina. Nous voulons aller visiter le fort nord mais c’est maintenant un musée et c’est fermé les lundis. Nous marchons donc en dehors du circuit touristique. Ils viennent étendre les peaux pour les faire sécher.

large_P1030046.jpg

Et comme toujours, un homme nous aborde et commence à jaser. À un certain moment, il s’annonce comme vendeur d’articles de cuir et commence à sortir sa marchandise de son sac. On lui dit que nous n’avons besoin de rien et que nous n’allons rien acheter. « Juste pour le plaisir des yeux » comme il dit. Quand il voit qu’il n’y a rien à faire avec nous, il se fâche. Ça se termine toujours de cette façon. Nous aimons bien le Maroc mais les marocains sont épuisants et commencent à nous taper royalement sur les nerfs. Si je répondais à toutes les sollicitations d’une seule journée, je brûlerais mon budget de 6 mois de congé ! Tannés, nous sommes rentrés au riad tôt. Nous avons lu des Tintin (Belgique oblige !) et avons jasé longuement du Maroc avec les propriétaires qui sont très sympathiques. C’est notre seule façon d’avoir des réponses à nos questions. Et nous avons planifié le reste de l’itinéraire. Demain, on loue une voiture et on sort des villes.

Posté par voyageur61 08:22 Archivé dans Maroc Commentaires (0)

Essaouira

Après le désert, la mer

sunny 21 °C

Mercredi, 8 avril

Nous prenons le bus à 10h45 pour Essaouira. C’est un trajet de 3 heures incluant un arrêt de 20 minutes pour manger. Le bus est moderne et confortable. Notre hôtel est situé juste à côté du terminus, de la plage et de la médina. On ne peut avoir mieux ! De plus, il semble que je sois tombé sur une vente éclair alors on paie 65 $ au lieu de 150 $. Il est très bien et nous renouons avec une porte pour la salle de bain ! Nous avons réservé 2 nuits. Nos priorités aujourd’hui sont : trouver un endroit pour faire laver nos vêtements et trouver une voiture que l’on pourra laisser à Chefchaouen, lieu de notre trek du 23 avril. Nous trouvons facilement un « pressing ». Pour la voiture, c’est plus compliqué. Il n’y a qu’une agence (Avis) qui permet de laisser la voiture ailleurs mais à Tanger (3h de bus de Chefchaouen) et c’est plutôt cher. On révise nos plans.

Essaouira est une ville de pécheurs sur le bord de l’Atlantique. Il y fait 21C en moyenne toute l’année mais il faut ajouter le facteur vent qui est continuel. C’est un bon endroit pour les sports nautiques comme le kite. Nous sommes chanceux car il fait un soleil magnifique. Après le désert, nous sommes bien heureux de voir la mer. On se sent bien dans cette ville. J ‘étais venu il y a 15 ans et mon souvenir n’était pas très positif. Il devait pleuvoir et faire froid.

En bonus, nous avons trouvé le magasin d’alcool. Nous avons notre vin pour l’apéro du soir. Pour souper, nous profitons de la mer et mangeons du poisson (pas bon). Il est tard (23h) et il y a encore plein de familles qui se promènent sur la plage.

Jeudi, 9 avril

Le petit déjeuner de l’hôtel est très bien et nous décidons de réserver une 3ième nuit. C’est à ce moment que je réalise que nous ne payons pas cher. Ils acceptent de nous faire la nuit supplémentaire au même prix. Aujourd’hui, nous visitons la ville plus en profondeur de façon relaxe. En fin d’après-midi, nous retournons à l’hôtel sur le bord de la piscine. Je dois régler un problème, à distance, pour mon prochain séjour en Martinique avec France et Lise. Hé oui, ayant un trou en mai, nous partirons nous reposer au soleil. Donc, Air Canada a annulé notre vol du mercredi 6 mai et l’a replacé le dimanche précédent ! Les réservations sont déjà faites : 2 appartements, une nuit d’hôtel et une voiture. Et puis Lise et moi ne pouvons partir le 3. Bruno prend la relève à Montréal et appelle Air Canada. Après quelques communications, il réussi à déplacer notre vol au dimanche suivant, le 10. Je peux annuler l’hôtel, changer la réservation de voiture, modifier la réservation d’un des appartements et je suis toujours en attente d’une réponse pour l’autre. Bref, beaucoup de soucis à gérer à distance. Heureusement que mon homme était là !

large_P1020876.jpglarge_P1020880.jpglarge_P1020885.jpglarge_P1020897.jpglarge_P1020900.jpglarge_P1020902.jpglarge_P1020909.jpglarge_P1020926.jpglarge_P1020931.jpglarge_P1020941.jpg

Vendredi, 10 avril

Aujourd’hui, nous décidons de profiter de cette immense et belle plage pour nous rendre au village de Diabat où Jimmy Hendrix aurait écrit une de ses chansons, selon le Lonely Planet. C’est à 5 km. Il fait toujours beau, le ciel est d’un bleu magnifique et nous avons le plaisir de marcher les pieds dans l’eau. Elle est fraiche mais plus chaude qu’à Old Orchard. Croyant que c’est un village de pécheurs, nous pensons toujours le trouver au détour d’une anse. Ne voyant jamais de village à l’horizon, nous trouvons enfin quelqu’un pour nous aider. Nous avons dépassé le village qui est assez loin dans les terres. On revient par la plage. Nous estimons avoir fait finalement 15 km. Au lunch, le serveur du restaurant nous dit que le village est bien ordinaire !

large_P1020945.jpglarge_P1020961.jpglarge_P1020955.jpglarge_P1020960.jpglarge_P1020969.jpg

On finit la journée sur le bord de la piscine ! Ce soir, on trouve enfin un bon restaurant de poissons. Ça finit bien notre très beau séjour à la mer. Demain, nous revenons en ville, à Fès.

Posté par voyageur61 01:14 Archivé dans Maroc Commentaires (0)

(Articles 1 - 5 sur 125) Page [1] 2 3 4 5 6 7 8 9 10 .. »